Quand on cherche à vous écraser…

Image_Attentat_voiture

Le 14 juillet 2016 à 22h45, Mohamed Lahouaiej Bouhlel, 31 ans, a foncé sur la foule massée sur la promenade des anglais à Nice pour la fête nationale avec un camion frigorifique de 19 tonnes, et ce sur deux kilomètres, faisant 84 morts et plus de 200 blessés.

Au moment où j’écris ces lignes, l’Etat Islamique a revendiqué l’attentat. Les autorités ne savent toutefois pas pour l’instant si l’Etat Islamique est le commanditaire de l’attentat ou si celui-ci fait simplement de la récupération.

Quoi qu’il en soit, que cette attaque soit perpétrée par un terroriste islamiste ou un détraqué sans lien avec l’Etat Islamique, ne doit pas vous empêcher d’apprendre à vous en défendre. Ce n’est pas la première fois d’ailleurs qu’un individu renverse des passants avec son véhicule. C’est arrivé le 21 décembre 2014 à Dijon. Un individu a blessé 13 personnes à plusieurs endroits différents de la ville. Ceci arrive chez nous mais également dans d’autres pays, y compris en Israël où un chauffeur palestinien a ,de façon délibérée, renversé 7 personnes et un bébé alors qu’ils descendaient d’un train à Jérusalem.

Ce type d’attaque peut donc être le fait d’un détraqué, comme ça peut-être le fait d’un conjoint jaloux ou de terroristes. Il y a quelques années déjà, un article du groupe terroriste Al Qaeda dans la publication INSPIRE encourageait les loups solitaires à prendre un gros véhicule et à écraser les gens au nom d’Allah afin de leur garantir le paradis en tant que soldat de Dieu.

Le fait est que n’importe qui peut utiliser son véhicule comme une arme, que c’est déjà arrivé et que cela arrivera encore. Il nous faut donc apprendre, comme n’importe quel type d’attaque dont nous pourrions être la cible, à nous en protéger.

Si vous avez suivi un peu mon parcours, vous savez probablement que je pratique les arts martiaux et les sports de combat depuis plus de 30 ans. Toutefois mes expériences d’agressions réelles, que ce soit à titre personnel ou dans le cadre de mon travail dans le domaine de la sécurité m’ont rapidement fait prendre conscience du fossé qui existait entre mon entrainement et la réalité du terrain. C’est la raison pour laquelle au début des années 2000, je me suis tourné vers des spécialistes aptes à me préparer à affronter la violence de façon plus réaliste.

C’est à cette époque que j’ai fait la connaissance de Jim Wagner. Déjà reconnu internationalement, il a été en 2006, élu instructeur de self-défense de l’année. Plus récemment, en 2015, il a reçu une nouvelle distinction, celle d’instructeur de tactiques défensives de l’année. Ancien soldat, gardien de prison, agent de police, officier SWAT, garde du corps et agent contreterroriste, Jim Wagner possède un parcours unique. Il a, à ce jour, formé plus de 500 organisations et j’ai la chance d’être le premier français formé et certifié au plus haut niveau dans son système de Protection Personnelle.

Aujourd’hui président de l’International Jim Wagner Reality-Based Personal Protection Association et représentant de Jim Wagner en Europe Francophone, j’aimerais partager avec vous des informations ainsi que deux techniques que j’ai apprises avec Jim Wagner et qui pourront un jour vous sauver la vie si vous vous retrouvez face à un véhicule qui tente de vous écraser.

A la demande de la police néerlandaise

Le 21 novembre 2014, alors qu’il donnait une formation aux instructeurs de tactiques défensives de la police néerlandaise, Jim Wagner a reçu une requête un peu spéciale. C’est  l’inspecteur Gérard Willemsen qui avait invité Jim Wagner, et qui lui a demandé s’il pouvait leur enseigner comment survivre si une voiture venait à leur foncer dessus.

Bien que c’était la première fois qu’une telle demande lui était formulée, Jim Wagner savait que ce ne serait certainement pas la dernière fois. Cette demande faisait suite à un incident récent durant lequel un individu avait tenté de renverser un agent de police avec sa voiture.

En tant qu’officier de Police, Jim Wagner a eu l’opportunité de suivre un cours appelé Emergency Vehicle Operations Center (EVOC). Il a également travaillé avec des cascadeurs à Hollywood ce qui lui a permis d’apprendre aux officiers de police néerlandais comment survivre si une voiture est utilisée comme une arme.

Commencez par élever votre niveau de vigilance

Comme beaucoup d’attaques, avoir conscience de son environnement est la clé pour survivre à une attaque. Lorsque je suis à l’extérieur, que je joue au football ou que je fais de la trottinette avec mon fils, je ne suis jamais en train de jouer véritablement, je suis en permanence vigilant, non pas seulement à ce qu’il ne se blesse pas en glissant ou en se cognant mais à tous les dangers potentiels : attaque d’un chien, un détraqué qui se jetterait sur lui, un groupe de délinquants qui pourrait s’en prendre à nous, etc.

Vous devriez faire de même concernant les attaques de véhicules : observez et soyez à l’écoute des véhicules qui pourraient se diriger vers vous. Essayez de rester éloigné de la route du mieux possible. Eloignez-vous de la foule si vous êtes près d’une route. Les trottoirs près de la route ne sont pas un lieu sûr. Généralement, ce type d’agresseur se dirige là où il y a le plus de monde ou sur les forces de l’ordre. Si vous entendez le moteur d’un véhicule prendre de la vitesse ou les hurlements soudains de gens heurtés par un véhicule, évacuez immédiatement l’endroit en prenant l’issue de secours que vous aviez repérée en arrivant sur les lieux. Ayez en permanence conscience de votre environnement dans les 5 mètres autour de vous (objets solides derrière lesquels vous cacher, fossés, barrières à traverser, etc.)

Première technique : pour éviter l’impact

Si vous avez une seconde ou deux avant que le véhicule ne vous percute, alors plongez sur le côté. Une bonne technique pourrait consister à faire un grand pas, plonger et vous réceptionner en faisant une roulade avant (comme une roulade de Judo pour ceux qui connaissent). Ceci vous permet de prendre de suite pas mal de distance en une seconde ou deux.

J’ai eu l’occasion d’appliquer cette technique lorsque j’étais plus jeune. C’était durant les vacances scolaires d’été. Il était environ 23h. J’étais avec ma bande d’amis. Nous étions quatre et nous marchions sur le trottoir lorsque nous avons vu arriver en face de nous la voiture d’un de nos « ennemis » avec qui nous avions eu quelques embrouilles la veille au soir… Il est alors monté sur le trottoir avec son véhicule et a foncé sur nous. Tout ceci a pris trois ou quatre secondes. Nous n’avons pas eu le temps de nous concerter. Avec deux de mes amis, nous avons plongé au dessus d’une petite clôture pour atterrir en roulant dans la gazon d’une propriété. Notre quatrième et dernier ami est resté debout figé sur le trottoir, non pas par peur mais pour défier notre ennemi. Heureusement pour lui, celui-ci a donné un coup de volant au dernier moment l’évitant de justesse. Notre ennemi avait voulu davantage nous faire peur que nous faire du mal. Le fait est qu’il était impossible de le savoir à l’avance et qu’il est toujours préférable de prendre une mesure défensive que de mettre sa vie entre les mains d’un individu qui décide de vous foncer dessus en voiture.

Seconde technique : si l’impact est inévitable

S’il est trop tard et que la voiture est déjà sur vous, levez immédiatement vos genoux à la poitrine. Ce n’est pas vraiment un saut, car le temps ne vous le permettra pas. Le but est de décoller les pieds du sol le plus rapidement possible et de les monter le plus haut possible. La raison pour laquelle nous vous conseillons cette technique est que cela vous évite de vous faire faucher les jambes et de vous faire rouler dessus par la voiture. Bien sûr, vous serez frappé par le pare-brise, mais l’inclinaison de celui-ci fera que vous passerez certainement au dessus de la voiture et avec un peu de chance, votre réception au sol se fera avec le minimum de blessures… à condition que ce ne soit pas un véhicule trop gros ou un camion bien sûr.

Passer par dessus le véhicule, y compris violement est toujours mieux que d’être écrasé par celui-ci. Même si vous n’êtes pas écrasé, vous risquez d’être projeté à plusieurs mètres et d’être plus sévèrement blessé. La tendance des élèves lorsqu’ils pratiquent cette technique est de sauter. Toutefois si vous avez le temps de sauter, c’est que vous avez le temps de plonger sur le côté. Aussi, si vous êtes véritablement surpris, vous n’aurez que le temps de regrouper vos genoux. 

Les voitures sont utilisées dans de nombreux homicides et nous savons que les terroristes islamistes radicaux les utilisent eux aussi comme armes mortelles. Apprendre à survivre à ce type d’attaque demande de la vigilance et quelques connaissances. 

Christophe Besse

Président de l’International Jim Wagner Reality-Based Personal Protection Association et représentant de Jim Wagner en Europe Francophone

Ce contenu a été publié dans Survie face au terrorisme, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.